La faible maturité des projets de gouvernance des données nécessite la mise en place de bonnes pratiques et boucles de feedback pour constamment monitorer et valider le bien fondé des règles de gestion sur votre patrimoine de données.

Les articles qui suivent, explicitent les caractéristiques d’une gouvernance des données dite agile afin de :

1. Être au plus près de la réalité opérationnelle de votre entreprise.
2. S’adapter au contexte de votre entreprise et non l’inverse.

3. Refléter fidèlement votre patrimoine de données.
4. Fédérer et impliquer vos collaborateurs.
5. Faire face aux changements rapidement.

La mise en place d’une gouvernance des données ne doit pas prendre la forme d’un plan quinquennal dont les livrables peinent à voir le jour. Il s’agit d’éviter l’effet Big Bang et d’adopter une démarche influencée par les méthodes dites agiles utilisées dans le secteur du développement logiciel.

L’entreprise doit adopter une approche itérative concernant la mise en place d’une gouvernance des données. Cette approche repose sur le concept de vérification de la validité des concepts, l’expérimentation et le design itératif.

Nous pensons qu’un projet de gouvernance des données doit démarrer par un inventaire du patrimoine des données, de manière interfonctionnel, dans l’entreprise. En reprenant le principe de Paretto, collectez, documentez et commencez par maîtriser les 20% des données qui vous apporteront 80% de la valeur au sein de votre organisation.

En augmentant petit à petit sa portée sur vos différents segments de données, en re-définissant les rôles et responsabilités au sein de votre l’organisation, et les règles de gestion de la donnée, vous chercherez à concevoir une gouvernance qui vous satisfait.

Cette flexibilité encourage également l’émergence d’une culture de la donnée solide au sein de votre organisation.

NOTRE LIVRE BLANC SUR LA GOUVERNANCE DES DONNÉES

  •  
  •  
  •  
  •